L’abbé Jean-Baptiste Bolduc

Bolduc

En 1842, l’abbé Jean-Baptiste Zacharie Bolduc, missionnaire catholique à Cowlitz, est invité à se joindre à l’équipe de James Douglas pour aller établir un important fort de la Compagnie de la Baie d’Hudson au sud-est de l’actuelle île de Vancouver où vit le peuple Lekwammen.

En caravane de chevaux, dans des conditions hivernales difficiles, il quitte la vallée de Cowlitz pour se rendre à Nisqually. Le 13 mars, il embarque sur le bateau à vapeur S.S. Beaver commandé par le capitaine William Brochie. Sa mission est de faciliter les relations entre James Douglas et les Premières Nations.   Dans l’exercice de son ministère, l’abbé Bolduc célèbre la première messe sur la péninsule le dimanche 19 mars, fête de Saint Joseph. Un sanctuaire a été érigé dans la nature avec des branches de sapin ainsi qu’avec une toile du bateau, en guise de toit, et d’autres décorations marines.   Le commandant James Douglas et quelques employés canadiens assistent à cette imposante cérémonie catholique.   Plus de 1 200 « naturels » (selon les propres termes de l’abbé) de trois différentes nations y sont assemblées.   Ensuite, le groupe se rend dans la baie des Songhees (Cadboro) pour le baptême de 102 enfants, présentés par leurs parents – une journée bien remplie pour le missionnaire! L’abbé Bolduc quitte la péninsule le 24 mars 1843 dans un grand canot de guerre de 42 pieds de long, dont l’acquisition a coûté quatre couvertures de la CBH. Malgré un brouillard épais, dix hommes « naturels », prêtés par leur chef, pagaient vers Whidbey Island pour y conduire le missionnaire, dont la boussole facilitera grandement le trajet. L’abbé Bolduc devient le curé de Willamette et restera dans l’Ouest de 1842 à 1850, année de son retour au diocèse de la Ville de Québec. Il écrit le livre « Mission en Colombie 1844 » et sera nommé prélat domestique du Pape en 1886. Il s’éteint à Québec en 1889.