La Société française de bienfaisance

LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE BIENFAISANCE ET SECOURS MUTUELS DE VICTORIA

Afin de répondre à une nécessité des Français appliquèrent, dès le début de la Colonie, le principe d’Association pour le soin des malades nécessiteux.

LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE DE BIENFAISANCE ET SECOURS MUTUELS DE VICTORIA

From the Colony’s very begenning, a group of Frenchmen applied the principle of association for the care of sick people.

Jules Rueff et Sosthènes L. Driand arrivèrent à Victoria en 1858; l’un devient marchand et l’autre propriétaire d’hôtel.  Driard né à Lachapelle en France émigra en Californie en 1985.  Avec J. Rueff et J. Vaillant il avait établi en Californie une Maison d’Asile pour les malades et les nécessiteux non membre de la Société de Bienfaisance.  Fort de leur expérience, le 24 février 1980, ces deux philanthropes mirent sur pied une organisation de secours mutuel à Victoria. Jules Rueff and Sosthèmes L.Driand arrived in Victoria in 1858; the former became merchant and the latter a hotel owner.  Driard, born at Lachapelle in France, emigrated to California in 1850.  With J. Rueff and J » Vaillant he had established in California a home for the sick and for the needy who were not members of the Society.  Relying on their experience, on February 24, 1860 these two philanthropists set up an organization of mutual benefit in Victoria.
Dans le Colonist du 6 mars 1860, on reconnaissait que grâce aux Français venait d’être créée à Victoria une réplique de la Société de Bienfaisance qui existait en Californie.  Les statuts de la Société étaient à peu près les mêmes.  Entre autres, pour devenir membre de la Société, il fallait être en bonne santé et s’engager à payer un dollar par mois.  Dans cette annonce on priait les sociétaires et les personnes désirant faire partie de cette Société de se rendre à la cour de Police «sic» pour nommer un Comité exécutif de 11 membres, conformément aux Statuts adoptés. The Colonist of March 6, 1860 recognized that the French had created in Victoria a replica of the Relief Society existing in San Francisco; in fact, the statutes of both Societies were almost identical.  For example, to become a member of the Society one had to be in good health and make a commitment to pay one dollar per month.  In the newspaper advertisement the shareholders and the prospective shareholders were asked to go to the Police court «sic» to appoint an Exeicutive Committee of eleven members according to the adopted statutes.
Les Sociétaires déjà inscrits et les personnes désirant devenir membres de la Société pouvaient verser leurs souscriptions et dons volontaires à M. Perrondin, rue Jonhson. They could pay their subscription and make their donations to Mr. Perrodin on Jonhson Street. 
Les membres étaient admis à l’hôpital sans frais et les médicaments et visites du médecin étaient gratuits pour eux.  Tous, sans distinction de nationalité, avaient le privilège d’être admis à l’hôpital.  Ceux qui nétaient pas membres de la Société devaient payer pour leur hospitalisation selon un taux fixé à cet effet. Members were admited at the hospital without cost; medication and doctors’ were free.  Everyone without distinction of nationality could be admitted at the hospital.  The non-members of the Society hat to pay a hospital fee according to a fixed rate.
Dans les règlements de la Société il était stipulé que les administrateurs devaient être en majorité Français et que les négociations devaient se faire en français.  Les règlements cependant seraient imprimés en anglais. In keeping with the Society rules, a mahority of the administrators had to be French and nogociations had to be conducted in the French language.  However, the rules were printed in English.
Une maison située rue Hérald entre les rues Gouvernement et Store, appartenant à M. Waddington, fut donc louée et aménagée pour devenir un hôpital de 20 lits. A house situated on Herald Street between Government and Store Street and which belonged to Mr. Waddington was rented and converted into a twenty bed hospital.
La Gazette de Victoria du 8 juin 1860 annonçait que l’hôpital était prêt à recevoir les malades.  Ce même jour, on publiait aussi le nom des membres du bureau dont voici la liste:P. Corbinière, PrésidentA. Ledrier, Vice-président
T. Perrodin, Trésorier
L.A. Hincelin, Secrétaire
H. Banel
A. Casamayou
P. Manetta
J. Bigne
L. Driard
J. Rueff
L.B. Timmerman, avocat Conseil
Dr Clerjon, médecin
The Victoria Gazette of June 8, 1860 announced that the hospital was ready to receive patients.  On the same day the name of the members of the Board were published.  They were: P. Corbinière, PresidentA. Ledrier, Vice-president
T. Perrodin, Treasurer
L.A. Hincelin, Secretary
H. Banel
A. Casamayou
P. Manetta
J. Bigne
L. Driard
J. Rueff
L.B. Timmerman, Legal Counseller
Dr Clerjon, physician
Le docteur Nicolet Michel Clerjon avait fait ses études à la Clinique et Académie médicale de Paris et avait pratiqué en Chine et en Californie.  Il était arrivé dans la Colonie en 1858, il y demeura jusqu’à sa mort qui eu lieu en février 1864.  Le docteur I. W. Powell lui succéda. Dr Nicolet Michel Clerjon had studied at the «Clinique et Académie médicale de Paris» and had practised in China and in California.  He had arrived in the Colony in 1858 and remained until his death in February 1864.  Doctor J.W. Powell succeeded him.
Grâce à une bonne administration il fut possible de construire un nouvel hôpital rue Humbolt en 1865.  En plus des souscriptions mensuelles, les revenus des pique-niques, tombolas, dîners contribuaient à remplir les coffres de la Société.  Un Congé civique était accordé lors du pique-nique annuel et le dîner annuel devint un événement auquel de nombreuses organisations de la ville participaient. Les administrateurs se faisaient un devoir de publier chaque année le nom des directeurs élus ainsi que le rapport financier.  Des commentaires élogieux paraissaient dans les journaux locaux au sujet de cet hôpital; on vantait la générosité des Français. Thanks to a good administration it was possible to build a new hospital on Humbolt Street in 1865.  Every year the names of the elected directors and the financial report were published.  The local newspapers were highly complimentary of the hospital and praised the French people’s generosity.
Certains piétons du parc Beacon Hill croyaient que le drapeau français flottait sur le Consulat.  Cet édifice était un ambassadeur de paix où la souffrance était soulagée grâce à la coopération des citoyens. Some pedestrian in the Beacon Hill park believed that the French flag they were viewing on the Consulate.  This building was an ambassador of peace where human suffering was relieved thanks to citizens generosity.
En 1870, le Victoria Colonist annonçait que la Société avait projeté d’agrandir les bâtiments et d’enjoliver d’arbustes, de plate-bandes fleuries et de trottoirs le terrain d’environ un acre entourant l’édifice.  Ces travaux étaient évalués à plusieurs centaines de dollars et l’on prévoyait pouvoir le doter de toutes les facilités propres à un hôpital privé.  In 1870, the Victoria Colonist announced that the Society had planned to enlarge the buildings, the Society also wanted to beautify the one acre land with shrubs flowers and sidewalks.  The project would cost several hundred dollars.
Les membres de la Société formaient une grande famille, leurs réunions étaient joyeuses.  En 1872, monsieur Driard, président, prenait sa retraite.  On lui offrit une canne de marche en or.  Ainsi tous exprimaient leur reconnaissance au fondateur de la Société et leur gratitude pour son dévouement comme président pendant les quatre dernières années.  The members of the Society formed a large family and consequently their meetings were cheerful.  In 1872 Mr Driard, president, retired; he was offered a golden walking cane.  By this gesture the members wanted to express their appreciation to the Society’s founder and their gratitude for his dedication as president in the last four years.
Un éditorial du 29 janvier 1873 indiquait que la Société comptait plus de deux cents membres, de toutes nationalités.  L’hôpital, situé dans un des meilleurs quartiers de la ville, et les jardins qui l’entouraient offraient un séjour idéal pour les convalescents.  Les réserves de la Société s’élevaient à plusieurs centaines de dollars. An editorial published on January 29, 1873 indicated that the Society had more than two hundred members of every nationality.  The hospital surrounded by beautiful gardens ans situatedin one of the best district of the city, was in ideal location for convalescents.  The assests of the Society were evaluated in the hundreds of dollars.
Après avoir procuré des soins médicaux pendant plusieurs années, l’hôpital dut fermer ses portes en 1884.  Les membres continuèrent à payer leur contribution et à recevoir des allocations hebdomadaires lorsqu’ils étaient malades; de cette façon la Société demeura florissante.  After providing medial care for many years, the hospital was compelled to close its doors in 1884; nevertheless the members continued making their contribution and reciving weekly allowances when they were il.  Their Society remained flourishing.
Le 22 avril 1890 tous les membres de la Société furent convoqués à une réunion extraordinaire afin d’élire un comité qui devait rencontrer les autorités du Jubilee Hospital; ce comité leur demanderait quelles seraient les conditions imposées pour la fusion des deux hôpitaux.  Il avait aussi été décidé que si les conditions n’étaient pas favorables, la Société française devrait ériger un nouvel édifice.  Les avoirs de la Société étaient estimés  une valeur de $ 10 000.00 à $ 12 000.00.  On April22, 1890, all the members of the Society were summoned to an extraordinary meeting with the purpose of electing a committee that would meet Royal Jubilee authorities.  Their committee intended to ask under what conditions might the two hospitals amalgamate.  Should the conditions be unfavorable, the French Society would erect a new building.  The Society assests were estimated at $ 10,000 to $12,000.
Le 8 octobre 1890 les deux hôpitaux furent fusionnés et le Royal Hospital qui avait existé de 1858 à 1890 devint The Provincial Royal Jubilee Hospital; les membres de la Société Française de Bienfaisance et Secours Mutuel de Victoria pouvaient y élire trois membres comme Directeurs.  Ils devenaient membres à vie, ce qui leur garantissait les services quotidiens de la clinique et l’usage d’un lit si les soins requis nécessitaient l’hospitalisation.  Jusqu’à 1937-38 le privilège d’élire des directeurs fut utilisé, au moins partiellement, par les membres.  En 1949, deux membres à vie pouvaient encore bénéficier des avantages offerts par la fusion des deux hôpitaux. On October 8, 1890 the two hospitals merged and the Royal Hospital which had existed from 1858 to 1890 became the Provincial Royal Jubilee Hispital.  The members of the Société Française de Bienfaisance et Secours Mutuel de Victoria could elect to the new hospital three members as Directors.  They became members for life which guaranteed them daily services in the clinic and the use of a bed if they needed hospital care.  Up until 1937-38 the privilege of electing directors was used at least partially.  In 1949, two members for life could still benefit from the advantage offered by the joining of the two hospitals.
Le détail des activités de cette Société prouve que dès le début de la Colonie les Francophones de la province eurent l’énergie de s’unir et de survivre.  Ils ne furent jamais nombreux mais ils ont laissé leur empreinte et encore de nos jours un noyau de Francophones existe et sait vivre, se protéger et se réjouir en français. The activities of the Society demonstrate that from the Colony’s very begenning the Francophones of the province had the desire and the energy to unite and to survive.  They were never numerous but they left their marks; to this day a handful of Francophones exists; they know how to live, to protect themselves and to enjoy themselves in French.
Cette Société de Secours Mutuel était d’avant-garde car nos actuelles organisations d’Assurances-Soins Médicaux ne sont-elles pas une copie de ce qui avait été fait alors ? This mutual benefit society was «avant-garde» of our present medicare organization.
Bibliographie:

The French in British Columbia by Willard Ireland. H.B.H.Q. April 1949, page 78-79

Victoria Colonist 8 juin 1860; 20 novembre 1868; 1 juillet 1870; 14 août 1870; 29 janvier 1873; 22 janvier 1884; 22 janvier 1889; 21 janvier 1890.

Bibliography:

The French in British Columbia by Willard Ireland. H.B.H.Q. April 1949, page 78-79

Victoria Colonist June 8,1860; November 20, 1868; July 1, 1870; August 1 1870; January 29, 1873; January 22, 1884; January 22, 1889; January 21, 1890.